« Aide active à mourir » : les psychologues inquiets

« Je suis aujourd’hui extrêmement inquiète pour les professionnels de santé qui sont déjà au bout de leurs ressources, avant même une évolution de la loi », explique Lucile Rolland-Piègue, psychologue de l’équipe mobile de soins palliatifs du CH Rives de Seine. Différents membres du collège des psychologues de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) témoignent de leur préoccupation face à une possible légalisation de l’euthanasie à travers plusieurs contributions.

Lire la suite sur genethique.org

Sur le même thème

Sur le même thème

Suisse : suicides assistés en hausse de 11%

Suisse : suicides assistés en hausse de 11%

L’année dernière, 1 252 personnes ont eu recours au suicide assisté en faisant appel à l’association Exit en Suisse alémanique. Un chiffre en hausse de 11% par rapport à 2022. L’association recense en outre 19 679 membres supplémentaires, ce qui...

lire plus
Histoire d’une dé-transition de genre

Histoire d’une dé-transition de genre

Chloe Cole raconte comment, adolescente, elle est d'abord passée de fille à garçon, au fil d'une transition de genre qui aura impliqué prise d'hormones et double mastectomie. Elle raconte aussi comment elle est redevenue femme ensuite, et comment, enfin, elle est...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This