Hydroxychloroquine : les adversaires ne désarment pas

Hydroxychloroquine

Chacun se souvient de l’étude à charge publiée par The Lancet le 22 mai 2020 en pleine polémique avec le professeur Didier Raoult, qui est utilisée par Olivier Véran, le ministre de la Santé de l’époque, pour retirer le produit du marché et qui ne tient aucun compte que l’article du Lancet est déclaré « Retracted » quelques jours à peine après sa parution. Il faut dire que les enjeux financiers étaient énormes pour les laboratoires face à un médicament de quelques euros et qu’il était indispensable d’éliminer tout traitement autre que la vaccination. Depuis, les détracteurs de Didier Raoult et de l’hydroxychloroquine ne désarment pas malgré de nombreuses études scientifiques parues depuis en sa faveur (voir par exemple Hydroxychloroquine : privilèges et discriminations et Christian Perronne réagit à la cabale contre Didier Raoult. Le 4 janvier dernier, France Info monte à son tour au créneau, le même jour que la campagne en faveur du masque (curieux non ?) pour essayer, une nouvelle fois, de décrédibiliser l’hydroxychloroquine. Les conflits d’intérêts des laboratoires, des revues dites scientifiques même (et surtout) dites « prestigieuses », d’un grand nombre de scientifiques eux-mêmes en recherche de financement, sans parler de la complaisance des médias mainstream prêts à relayer ce genre d’information, fait s’amenuiser de plus en plus la confiance non seulement dans ce genre de publication, mais tout simplement dans la médecine elle-même.

Source : rédaction de Matière à réflexion
Écouter la réponse du professeur Didier Raoult sur Sud-Radio
NDLR. Lire notamment cette enquête « Pouvoir et savoir dans le marché des médicaments » en accès libre qui permet de mieux comprendre les interactions entre les différents acteurs du monde de la santé.

Catégorie : Covid | Discrimination | Médias

Sur le même thème

Sur le même thème

Pin It on Pinterest

Share This