L’Europe à la traîne dans la course mondiale à l’IA

Il ne faut « pas sous-estimer les menaces très réelles » de l’intelligence artificielle a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen allant jusqu’à évoquer un « risque d’extinction » de l’humanité… Or si l’IA présente des défis, elle offre également d’énormes opportunités pour la société et l’économie. Une vision alarmiste pourrait continuer d’entraver le développement et l’adoption de l’IA en Europe. Or, les investissements dans la recherche et le développement en IA en Europe sont déjà inférieurs à ceux effectués aux États-Unis et en Chine. Les géants technologiques américains et chinois ont consacré d’énormes sommes d’argent à l’IA, ce qui leur a permis de prendre une longueur d’avance. Car contrairement aux États-Unis, qui abritent des géants technologiques tels que Google, Facebook et Amazon, et à la Chine, où des entreprises comme Alibaba et Tencent sont dominantes, l’Europe n’a pas produit de grandes entreprises technologiques leaders mondiales dans le domaine de l’IA. Et ce n’est pas du côté d’ATOS dirigé un temps par Thierry Breton, l’actuel Commissaire Européen (notamment chargé du numérique) qu’il faudra espérer des progrès.

Lire la suite sur Contrepoints

Sur le même thème

Sur le même thème

Pin It on Pinterest

Share This