On nous appelle les « détransitionneurs »

France-Soir Lyo

Un long et douloureux parcours a amené la jeune femme à subir des opérations et des traitements pour « transitionner » afin de devenir un homme. Avant de réaliser qu’une femme ne peut pas devenir un homme. « L’être trans » n’existe pas, affirme-t-elle aujourd’hui, c’est une construction psychologique et culturelle, une représentation psychologique. Elle se considère comme une femme victime des stéréotypes, de la misogynie et du consumérisme de l’époque, ainsi que d’un mouvement sociétal et de professionnels de la médecine. Elle a souhaité témoigner et partager ses analyses pour les autres, « puisque pour moi, c’est foutu », considère-t-elle.

Lire la suite sur France-Soir

Sur le même thème

Sur le même thème

Journée LGBTI+ du barreau de Paris

Journée LGBTI+ du barreau de Paris

Le 12 juin, la DILCRAH (La délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT) participait à la première journée LGBTI+ organisée avec le Barreau de Paris et l'association Française des avocats LGBT+, pour des avocates et...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This