Fin de vie : « Notre société fabrique le désespoir de vivre »

L’éthicienne Martyna Tomczyk apporte un éclairage différent dans le débat sur la fin de vie. Finalement, demander à mourir est un mal de notre société capitaliste et utilitariste qui ne juge les individus qu’à l’aune de leur performance. Les personnes âgées ou handicapées sont donc mises au ban de la société avec pour seul compagnon de route la solitude… De quoi nous faire réfléchir collectivement. Et si le meilleur traitement contre le désir de mourir était la présence, l’empathie et l’écoute ?

Lire la suite sur la-croix.com

Catégorie : Bioéthique | Fin de vie

Sur le même thème

Sur le même thème

Fin de vie : 1 900 amendements déposés

Fin de vie : 1 900 amendements déposés

Le projet de loi ouvrant l’aide à mourir entre dans une nouvelle étape. Après les auditions de différents acteurs fin avril, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a démarré le lundi 13 mai en fin de journée l’examen du texte. Les 71 députés de la commission...

lire plus
Stratégie décennale des soins palliatifs

Stratégie décennale des soins palliatifs

Le gouvernement a publié récemment sa stratégie décennale pour renforcer les soins palliatifs. Ce rapport était attendu depuis de nombreuses semaines. Lancée en juin 2023, une Commission présidée par le Professeur Franck Chauvin, ancien président du Haut Conseil pour...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This