L’IVG dans la Constitution incompatible avec le droit ?

Cour de justice République

Alors que le texte sur l’inscription de l’IVG dans la Constitution a été adopté en première lecture le mardi 30 janvier 2024 à l’Assemblée nationale (493 pour et 30 contre), Guillaume Drago, professeur de droit public à l’université Paris Panthéon-Assas, détaille en quoi ce principe de « liberté » n’a pas sa place dans la Constitution et va en réalité à l’encontre de plusieurs points du droit français comme européen. Pour lui « l’enjeu est celui de la liberté des citoyens, et pas seulement de la femme  ».

Lire la suite sur LSDJ 
Lire également : TRIBUNE – IVG dans la Constitution : « Une grave menace pour la clause de conscience des soignants »

Sur le même thème

Sur le même thème

Fin de vie : 1 900 amendements déposés

Fin de vie : 1 900 amendements déposés

Le projet de loi ouvrant l’aide à mourir entre dans une nouvelle étape. Après les auditions de différents acteurs fin avril, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a démarré le lundi 13 mai en fin de journée l’examen du texte. Les 71 députés de la commission...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This