Sans logement adapté, une femme handicapée demande l’« aide médicale à mourir »

L’un de ses médecins, le Dr Riina Bray, a cherché un meilleur logement, affirmant que Denise a besoin d’un « déménagement immédiat pour sa sécurité ». Mais elle n’est pas parvenue à trouver un logement qui corresponde aux moyens de Denise. Son seul revenu provient du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées. La jeune femme explique n’avoir pas réussi non plus à obtenir un logement temporaire ou des « fonds d’urgence ». En revanche « la demande de mort médicalement assistée a été étonnamment plus facile ». Un psychiatre l’a d’abord jugée apte à prendre cette décision. Un « fournisseur d’aide médicale à mourir » a ensuite examiné ses antécédents médicaux et a signé l’approbation. Enfin un troisième médecin lui a demandé de finaliser les documents, ce qu’elle est en train de faire. Lire la suite sur Généthique

Catégorie : Fin de vie | Handicap

Sur le même thème

Sur le même thème

Fin de vie : 1 900 amendements déposés

Fin de vie : 1 900 amendements déposés

Le projet de loi ouvrant l’aide à mourir entre dans une nouvelle étape. Après les auditions de différents acteurs fin avril, la commission spéciale de l’Assemblée nationale a démarré le lundi 13 mai en fin de journée l’examen du texte. Les 71 députés de la commission...

lire plus
Stratégie décennale des soins palliatifs

Stratégie décennale des soins palliatifs

Le gouvernement a publié récemment sa stratégie décennale pour renforcer les soins palliatifs. Ce rapport était attendu depuis de nombreuses semaines. Lancée en juin 2023, une Commission présidée par le Professeur Franck Chauvin, ancien président du Haut Conseil pour...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This