L’avortement : une diversion sociétale potentiellement liberticide

Le dimanche 29 octobre, le président de la République a annoncé sur X (ex-Twitter) l’examen d’un projet de loi constitutionnelle pour rendre irréversible la liberté des femmes d’avoir recours à l’avortement. Le projet de loi devrait être présenté en Conseil des ministres « d’ici la fin de l’année », avant d’être soumis au Parlement au printemps. Il consistera à ajouter cette clause à l’article 34 de la Constitution : « La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté de la femme, qui lui est garantie, d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse. » « La ficelle est grosse comme un tronc d’arbre », a commenté le lendemain, 30 octobre, Vincent Trémolet de Villers dans son éditorial politique d’Europe 1. Jugeant ce projet de loi « ni utile, ni nécessaire », l’éditorialiste y voit « une opération politicienne », une pure « diversion sociétale ». Et d’expliquer : « La diversion sociétale, c’était la martingale…

Lire la suite sur La Sélection du Jour
Lire également « IVG dans la Constitution : analyse d’un projet pernicieux » et le communiqué de presse d’Alliance Vita

Catégorie : Avortement | Politique

Sur le même thème

Sur le même thème

Y-a-t-il encore un médecin à l’Élysée ?

Y-a-t-il encore un médecin à l’Élysée ?

Depuis plusieurs semaines, de nombreux d’observateurs, tant en France qu’à l’international, s’interrogent dans les médias sur l’état de santé d’Emmanuel Macron. Le médecin de l’Élysée est là pour s’assurer de la santé du président de la République. Il doit également...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This