L’IVG, un droit ?

IVG (2)

Dans une récente interview, Robert Badinter affirmait que « le premier des droits de l’homme, c’est le droit à la vie ». Pourtant, et bien que le code de la santé publique garantisse « le respect de l’être humain dès le commencement de sa vie », les enfants à naître semblent exclus de ce premier droit. En effet, années après années, le « droit à l’IVG » est érigé en figure de proue d’un combat féministe. Indéboulonnable. Pour Simone Veil, le 26 novembre 1974 à l’Assemblée nationale : « L’avortement est toujours, pour la femme qui s’y soumet, un constat d’échec et souvent un drame personnel ». En 1975, la loi qui porte son nom dépénalise l’avortement. À certaines conditions. Interrompre une grossesse, l’interrompre définitivement, mettre fin à la vie d’un enfant à naître, n’est plus susceptible de faire l’objet de poursuites, ni de sanctions qu’elles soient financières ou pénales. Pour autant, les députés de l’époque le souligneront, si la loi « n’interdit plus, elle ne crée aucun droit à l’avortement ». L’objectif mis en avant est de contrôler, d’encadrer l’acte et de limiter la mortalité maternelle.

Lire la suite sur Gènéthique

Catégorie : Avortement | Bioéthique
Etiquettes : IVG | Simone Veil

Sur le même thème

Sur le même thème

Le non choix face à une maladie génétique

Le non choix face à une maladie génétique

Alors que la « liberté » de recourir à l’avortement a été inscrite dans la Constitution, Aurélie Vallon, 27 ans, une maman de Nancy, a accepté de témoigner de l’incompréhension comme des pressions exercées au cours de sa grossesse pour ne pas garder son enfant porteur...

lire plus
Le Rassemblement national et l’IVG

Le Rassemblement national et l’IVG

Depuis le début de sa campagne législative, Jordan Bardella assure vouloir œuvrer pour « les droits des femmes », et rappelle, notamment, que Marine Le Pen a soutenu la constitutionnalisation de l'IVG, occultant les divisions et revirements du Rassemblement national...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This