L’insuffisance de l’accompagnement de la fin de vie

fin de vie (5)

Le Comité consultatif national d’éthique a rendu un avis sur la fin de vie qui ouvre la voie à une aide active à mourir, sous conditions. Le Pr Régis Aubry, corapporteur de l’avis majoritaire, et Annabel Desgrées Du Loû, signataire d’un avis minoritaire réservé, dressent un constat commun sur les soins palliatifs, malgré leurs désaccords. Entretien croisé.

Lire la suite sur Essentiel Santé Magazine

Catégorie : Bioéthique | Fin de vie

Sur le même thème

Sur le même thème

Le non choix face à une maladie génétique

Le non choix face à une maladie génétique

Alors que la « liberté » de recourir à l’avortement a été inscrite dans la Constitution, Aurélie Vallon, 27 ans, une maman de Nancy, a accepté de témoigner de l’incompréhension comme des pressions exercées au cours de sa grossesse pour ne pas garder son enfant porteur...

lire plus
L’« aide à mourir » : la prochaine priorité

L’« aide à mourir » : la prochaine priorité

Gabriel Attal ne s’en était pas caché lors de la campagne législative : l’« aide à mourir » reste une priorité pour le camp présidentiel (cf. Législatives : l’« aide à mourir » reste une priorité pour le camp présidentiel). Hier, il a reçu le soutien de l’ancien...

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This